Contrat de freelance : un exemple

L’une des erreurs les plus graves que doit pouvoir faire un créateur de site web qui se lance à son propre compte, est d’oublier de faire signer un contrat à ses clients. Ne pas se mettre d’accord sur certaines règles de bases avec ses clients, c’est chercher les problèmes et risquer se faire mener par le bout du nez par certains clients indélicats.

L’une des bonnes surprises du calendrier de l’avent pour professionnel du web 24 ways, fût l’article d’Andy Clarke : Contract Killer. Andy Clarke dirige depuis maintenant 10 ans l’agence web Stuff and Nonsense. Dans cet article, il présente le contrat qu’il a écrit et utilisé ces dernières années. J’ai trouvé l’intiative très sympa, et j’ai donc choisi de le traduire.

Continuer la lecture de Contrat de freelance : un exemple

Coup de pouce aux Validateurs W3C

En ces temps d’annonces de la publication du WCAG 2, une autre information risque malheureusement de passer à la trappe : le W3C lance un appel au don pour aider l’évolution logistique et le développement des validateurs.

Si vous vous souciez de la qualité de vos pages HTML, vous êtes sûrement un habitué du validateur HTML ou CSS du W3C. Il s’agit sans nulle doute des pages les plus consultées du W3C. Ces outils ont besoins de serveurs, de bande passante et de temps de développement pour assurer leur pertinence.

Vous pouvez donner aux validateurs un petit coups de pouce en faisant un don, en devenant sponsor ou en vous impliquant dans leur développement. (les applications du W3C sont en Open Source)

I heart validator

Je profite de l’occasion pour rappeler aux utilisateurs de Mac OS X, qu’il existe une application vous permettant de tester vos pages localement selon le validateur HTML du W3C : Validator S.A.C.. Très simple à mettre en place (c’est une application comme les autres), on peut glisser les fichiers sur l’icône pour valider, et il est possible de la faire fonctionner en tant que service web. A garder précieusement sur son disque dur.

Les favicons de l’iPhone : les Apple Touch Icons

Les possesseurs d’iPhone ou d’iPod Touch sont des utilisateurs un peu à part. Ils ont leur propre format de favicon. Les favicons « classiques » ne sont pas affichées par Safari Mobile. Mais il est par contre possible de définir une icône à afficher sur l’écran d’accueil (utilisée comme raccourci). Je vous conseille fortement de prendre le temps de créer une icône pour ses utilisateurs. Si aucune icône n’a été définie pour le site web, Safari Mobile réalise une capture d’écran de la partie visible de la page afin de l’utiliser pour icône. En pratique, à moins d’avoir un site comportant des couleurs vives et uniques, à partir de la deuxième icône de ce style, il devient très difficile d’identifier le raccourci.

Capture d'écran d'un iPhone montrant les deux types d'icones (capture du site et personnalisée)

Comme vous pouvez le voir avec cette capture d’écran de mon iPhone, l’icône générée automatiquement est totalement inutile car il est quasiment impossible d’identifier le site web (pour cette exemple, mon blog) et en plus elle est moche! Par contre, l’icône personnalisée a l’air d’être native à l’iPhone et attire le regard, ce qui est idéal pour les utilisateurs exigeant que sont les consommateurs des produits Apple.

Comment fait on pour personnaliser ces icônes?

Premièrement, ce n’est applicable que sur les iPhones avec au moins la mise à jour 1.1.3 comportant la fonctionnalité Web Clip. Je pense que tous les iPhones sont à jours, mais on ne sait jamais…

Il faut savoir que l’iPhone applique 3 effets avant de rajouter l’icône sur l’écran d’accueil :

  • des bords arrondis,
  • une ombre sous l’icône,
  • un aspect brillant.

Une icône avant et après l'ajout des effets visuel par l'iPhone

Ne donnez donc pas un aspect brillant ou des bords arrondis à votre image. Cela ferait double emploi… L’iPhone attend une image au format PNG de 57 par 57 pixels, dans le cas contraire l’image est redimensionnée à la bonne taille.
Mise à jour du 28 juin 2010 : Avec la sortie de l’iPhone 4, la taille maximale des icônes est passée à 114 par 114 pixels pour tenir compte du nouvel écran.

Le plus simple pour appliquer l’icône sur tout un site web, est de la mettre à la racine avec le nom : apple-touch-icon.png. Depuis la version 2.0 du firmware de l’iPhone, il est possible d’indiquer par le nom du fichier, que l’on ne veut pas des effets visuels supplémentaires. Pour cela le fichier doit s’appeler : apple-touch-icon-precomposed.png.

Mais si on ne veut appliquer l’icône que sur sur une page, ou un ensemble de pages? Dans ce cas-là, il vous faut la définir directement dans le section head de votre document HTML par ce bout de code :

<link rel="apple-touch-icon" href="/nom-icone-personalisee.png" />

L’effort n’est pas monstrueux et c’est beaucoup plus confortable pour les utilisateurs d’iPhone et d’iPod Touch. Vos internautes pourront alors être fiers d’arborer le raccourci de votre site sur leur écran d’accueil.

Voici 2 articles de l’Apple Developer Connection sur le sujet :

Paris Web 2008 : J’y serai!

L’événement se rapproche petit à petit… Dans un peu moins d’un mois, c’est le retour du cycle de conférences à ne pas louper pour tous les professionnels français du web soucieux de la qualité de leur travail. Je parle bien entendu de Paris Web.

J’étais présent les années précédentes, et je reviendrais du Japon pour assister à cette 3e édition!

Paris-Web 2008, 13, 14 & 15 novembre

Le programme des journées de jeudi et vendredi s’annonce vraiment bien. Et le prix n’a quasiment pas bougé : 120€ pour 2 jours de conférences « techniques ». Un accès pour les conférences « décideurs » est disponible à 150€, un bon moyen de sensibiliser les managers. Compte tenu de la qualité des éditions précédentes, vous aurez beaucoup de mal à trouver dans le monde un événement aussi bien à un prix aussi attractif.

Quand au samedi, l’accès aux ateliers est à un prix ridicule : 12€. C’est idéal pour les étudiants. Si vos professeurs vous enseignent à créer des sites web comme il y a 10 ans, venez à la journée de samedi pour apprendre directement les bonnes techniques depuis des professionnels reconnus. Les sujets sont variés et concrets.

Dépêchez vous de vous inscrire si ce n’est déjà fait, pour profiter du prix réduit. L’inscription pour les ateliers devrait bientôt être annoncée.

Débloquer le menu Debug sous Safari

Note : Avec la sortie de Safari 3.1, les explications données dans ce billet ne sont plus à jour. Depuis la version 3.1, ce menu se nomme maintenant Développement et s’active depuis la section Avancées des préférences de Safari. Les explications dans le billet pour activer le menu Debug concernent donc les versions précédentes.

Pas toujours connu des développeurs web sous Mac, il existe un menu caché par défaut sous Safari permettant de combler plusieurs de leurs besoins. Il ne rend pas Safari aussi puissant qu’une installation de Firefox pleine à craquer d’extensions pour le développement web, mais Safari n’a pas pour autant à rougir de la comparaison.

Ce menu vous permet entre autres :

  • de modifier le User-Agent de Safari (ce qui peut se révéler pratique même en dehors des périodes de développement) ;
  • d’ouvrir la console JavaScript ;
  • de modifier différents paramètres liés à la gestion de l’affichage de la page ;
  • ou encore d’ouvrir son fameux Web Inspector (captures ci-dessous).

Web Inspector de Safari Calcul du temps de chargement de la page par le Web Inspector de Safari

Ce Web Inspector fera très plaisir aux utilisateurs réguliers de Firebug car ils y retrouveront des fonctionnalités de cette extension indispensable de Firefox.

C’est bien gentil cette présentation. Mais maintenant que je vous ai alléché. Vous faîtes comment pour accéder à ce menu? L’explication que je fournis n’est valable que sous Mac. Si vous savez comment débloquer ce menu pour la version Windows, merci de laisser un commentaire. (ptrubert nous a offert la solution dans les commentaires)

Commencez par ouvrir votre Terminal (Faîtes une recherche Spotlight ou lancez le depuis /Applications/Utilitaires/, raccourci SHIFT+COMMAND+U dans Finder). Une fois que le Terminal est ouvert, copiez-collez cette ligne :

defaults write com.apple.Safari IncludeDebugMenu 1

Vous n’avez plus qu’à appuyer sur Entrée. Si le Terminal ne vous affiche rien de particulier sauf une nouvelle invitation à taper une commande, c’est que cela a marché. Le jour où vous voudrez enlever le menu Debug de Safari, il vous suffira de recopier la même commande, sauf que cette fois-ci vous mettrez un 0 à la place du 1. Pour admirer le nouveau menu, il vous faut relancer Safari.

Il ne reste plus qu’à vous amuser avec ces nouvelles fonctions. Cependant garder bien au chaud votre installation de Firefox. Ces fonctions de Safari sont sympa, mais restent encore assez limité.