Coup de pouce aux Validateurs W3C

En ces temps d’annonces de la publication du WCAG 2, une autre information risque malheureusement de passer à la trappe : le W3C lance un appel au don pour aider l’évolution logistique et le développement des validateurs.

Si vous vous souciez de la qualité de vos pages HTML, vous êtes sûrement un habitué du validateur HTML ou CSS du W3C. Il s’agit sans nulle doute des pages les plus consultées du W3C. Ces outils ont besoins de serveurs, de bande passante et de temps de développement pour assurer leur pertinence.

Vous pouvez donner aux validateurs un petit coups de pouce en faisant un don, en devenant sponsor ou en vous impliquant dans leur développement. (les applications du W3C sont en Open Source)

I heart validator

Je profite de l’occasion pour rappeler aux utilisateurs de Mac OS X, qu’il existe une application vous permettant de tester vos pages localement selon le validateur HTML du W3C : Validator S.A.C.. Très simple à mettre en place (c’est une application comme les autres), on peut glisser les fichiers sur l’icône pour valider, et il est possible de la faire fonctionner en tant que service web. A garder précieusement sur son disque dur.

Débloquer le menu Debug sous Safari

Note : Avec la sortie de Safari 3.1, les explications données dans ce billet ne sont plus à jour. Depuis la version 3.1, ce menu se nomme maintenant Développement et s’active depuis la section Avancées des préférences de Safari. Les explications dans le billet pour activer le menu Debug concernent donc les versions précédentes.

Pas toujours connu des développeurs web sous Mac, il existe un menu caché par défaut sous Safari permettant de combler plusieurs de leurs besoins. Il ne rend pas Safari aussi puissant qu’une installation de Firefox pleine à craquer d’extensions pour le développement web, mais Safari n’a pas pour autant à rougir de la comparaison.

Ce menu vous permet entre autres :

  • de modifier le User-Agent de Safari (ce qui peut se révéler pratique même en dehors des périodes de développement) ;
  • d’ouvrir la console JavaScript ;
  • de modifier différents paramètres liés à la gestion de l’affichage de la page ;
  • ou encore d’ouvrir son fameux Web Inspector (captures ci-dessous).

Web Inspector de Safari Calcul du temps de chargement de la page par le Web Inspector de Safari

Ce Web Inspector fera très plaisir aux utilisateurs réguliers de Firebug car ils y retrouveront des fonctionnalités de cette extension indispensable de Firefox.

C’est bien gentil cette présentation. Mais maintenant que je vous ai alléché. Vous faîtes comment pour accéder à ce menu? L’explication que je fournis n’est valable que sous Mac. Si vous savez comment débloquer ce menu pour la version Windows, merci de laisser un commentaire. (ptrubert nous a offert la solution dans les commentaires)

Commencez par ouvrir votre Terminal (Faîtes une recherche Spotlight ou lancez le depuis /Applications/Utilitaires/, raccourci SHIFT+COMMAND+U dans Finder). Une fois que le Terminal est ouvert, copiez-collez cette ligne :

defaults write com.apple.Safari IncludeDebugMenu 1

Vous n’avez plus qu’à appuyer sur Entrée. Si le Terminal ne vous affiche rien de particulier sauf une nouvelle invitation à taper une commande, c’est que cela a marché. Le jour où vous voudrez enlever le menu Debug de Safari, il vous suffira de recopier la même commande, sauf que cette fois-ci vous mettrez un 0 à la place du 1. Pour admirer le nouveau menu, il vous faut relancer Safari.

Il ne reste plus qu’à vous amuser avec ces nouvelles fonctions. Cependant garder bien au chaud votre installation de Firefox. Ces fonctions de Safari sont sympa, mais restent encore assez limité.

Spinning beach ball of death

Vous êtes utilisateur d’un Mac? Vous avez déjà souffert de la spinning beach ball of death (le ballon de plage tourbillonnant de la mort). Ne laissez pas ce curseur vous torturer impunément! Reportez ses agissements!

La prochaine fois, que vous le rencontrez, rendez-vous sur The Marble of Doom. Sélectionnez l’application en faute, et le temps d’attente. Il sera ajouté au total rapporté par tous les utilisateurs. A l’heure où j’écris ces lignes, plus d’un mois en cumulé a été gaspillé par ces ralentissements.

Peut-être que cela motivera Steve Jobs à booster un peu plus Mac OS X. Lui qui portait déjà tant d’importance pendant l’élaboration du Macintosh au temps perdu par les utilisateurs lors du lancement de leur machine. Sinon, ce sera toujours un moyen de nous moquer des applications qui nous font le plus souffrir.

On est mauvaise langue, mais Leopard qui sera en natif 64 bit, va sûrement améliorer la vitesse de nos Macs. (enfin des plus récents)